Cyril Gautier - Site officiel

Paris / Nice. Etape 2

  • Paris / Nice. Etape 2 #1

Les Bréviaires / Bellegarde. 163.5 Km

Dès la première heure de cette deuxième étape, la course est déjà extrêmement rapide, puisque l’échappée matinale est rapidement reprise.

Les Groupama-FDJ sont les premiers à accélérer suivis des Sky, sur une route exposée aux rafales. Ce nouveau coup d’accélérateur fait littéralement exploser la course. Il y a des coureurs partout, dans une dizaine de petits groupes. Les écarts sont alors minimes entre ceux-ci, personne ne baisse les bras. La deuxième heure de course est tellement intense que les coureurs parcourent 54,8 kilomètres!

L’allure ne diminue pas et une première cassure décisive intervient à quarante kilomètres de l’arrivée avec une vingtaine de coureurs. Les AG2R y sont les mieux représentés avec quatre hommes, mais tout le monde collabore pour creuser l’écart.
A l’entrée sur le circuit final de 22 kms il y a une minute d’écart entre le premier groupe de chasse et la tête. Emmené par les Astana, le deuxième groupe se rapproche et parvient finalement à recoller à dix kilomètres du but, la tête de course se compose maintenant d’une soixantaine de coureurs environs. Cyril est le seul Vital à avoir tenu.

Il reste six kilomètres à parcourir et nouveau changement de direction. Rowe prend les commandes du peloton et orchestre une nouvelle cassure. Un groupe de huit coureurs se dégage alors avec Groenewegen, Trentin, Leon Sanchez, Cortina, Gilbert, Kwiatkowski et Bernal. Rowe se laisse décrocher après son bel effort et laisse les sept hommes de tête s’expliquer au sprint.
Groenewegen y devance Cortina pour signer sa deuxième victoire d’étape en deux jours, alors que le groupe des battus rallie l’arrivée avec cinq secondes de retard.
Moyenne de l'étape : 51,1 km/heure !!!

Cyril termine 48e à 52 secondes.
Sa réaction à l'arrivée : " La course a été nerveuse dès le départ et ça n’a pas débranché de la journée. J’ai fait en sorte de me battre toute la course, je n’arrive pas pour la gagne mais je ne suis pas loin. Je termine l’étape très fatigué.
Nous étions tous préparés à vivre cela avec la météo et le vent annoncés. On peut s’estimer heureux de ne pas avoir eu la pluie ! Des jours comme ça, on est prêt à vivre 3h30 dans un état de concentration maximal. Il faut être vigilant afin d’éviter les chutes. Il reste demain à passer puis nous arriverons sur des terrains qui me seront plus favorables. Je ne pense pas au classement général et préfère viser les étapes. Ce Paris-Nice offre pas mal d’opportunités pour les attaquants. D’ici dimanche, il y aura des chances pour qu’un groupe d’échappés aille au bout. Nous ferons tout pour que l’un des Glaz s’y glisse et aille décrocher une victoire.»

©FRJ photo

↺ Lien : www.procyclingstats.com/race/paris-nice/2019/stage-2


Les dernières nouvelles